Monsieur l’ex-président a une nouvelle petite amie

Le président antérieur a une nouvelle petite amie, une femme jeune blonde et, peut-être, folle —car on doit avoir beaucoup de folie pour vouloir être avec ce clown—; je fus informé de cette notice tandis que j’écoutais musique si sucrée qui est encore douce malgré l’âge;;; ceci me fit réfléchir sur l’obsession idiote avec la jeunesse. Pourquoi il y a beaucoup de personnes qui font tout pour avoir la jeunesse, si celle-ci a démontré être fréquemment tellement absurde et naïve?

Quand ils sont jeunes, ils veulent être tôt vieux pour pouvoir faire tous ces choses merveilleuses que les vieux peuvent faire, même si celles-la sont souvent seulement quelques activités sexuelles ou vicieuses dans l’imaginaire des jeunes, ou, pire, la fausse et aliénant indépendance économique. Quand ils sont vieux, ils veulent être de nouveau jeunes, pour pouvoir faire tous ces choses qu’ils ne peuvent faire jamais déjà, parce qu’ils doivent travailler toujours pour obtenir l’argent, et ils se sentent trop incapables déjà pour apprendre nouvelles habilités et vertus, ou pour changer leurs vies… Ou pire, ils veulent être jeunes de nouveau pour pouvoir faire les choses sexuelles ou vicieuses qu’ils ne peuvent pas faire déjà —quelle ironie!—. Selon cette idée, nous ne sommes jamais capables ou indépendants, nous n’avons jamais de bon sexe, et notre vie manque toujours de sens ou satisfaction… Et comme ça, étant prolétaire en faisant face à cette angoisse contradictoire et folle de l’âge, arrive la notice d’un millionnaire puissant, avec l’indépendance et l’argent —et le temps— pour faire quelque chose vicieuse ou virtuose, qui a une esclave sexuelle nouvelle pour satisfaire n’importe quel désir animal sien.

Entre-temps, le violoncelle et le piano sonnent, ensemble, doucement.

Devons-nous le permettre nous perturber? L’ex-président, a-t-il une vie telle que nous ne pourrons jamais nous réjouir? Avec tout l’argent, tous les esclaves sexuelles, toute la puissance… Non! Nous pouvons faire la révolution, et gagner tout pour nous; et pour le sexe, nous pouvons apprendre a faire l’amour, il n’y a pas besoin d’esclaves sexuelles… Mais, surtout, nous pouvons n’être pas s’idiotes comme eux. Alors; ne nous obsédons pas avec l’âge, mais cherchons apprendre et faire, tout ce que nous voulions, sans penser en notre âge, et sans devenir animaux, car, comme Seneca dit, «la vie n’est pas courte si on la sait utiliser», et la meilleure manière de l’utiliser est la façon philosophique.

Monsieur l’ex-président, même avec tous ses orgies sur lits d’or, ne pourra-t-il jamais savourer la douceur d’un violoncelle et un piano-forte, en faisant l’amour vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *